Filias 2009

A Saint-Vulbas (boulodrome Jean Védrine), Saint-Vulbas bat Filias en Dauphiné 19-7.

PREMIER TOUR

Précision : Lamolère (V) – Ferrand (F) 21-21 ; Fieujean (V) – Bonnet (F) 21-9 ; Lienard (V) – Michaud (F) 9-8.

Combiné : C.Maugiron (V) – A.Chenavier (F) 15-19 ; Chaussat (V) – D.Chenavier (F) 17-11.

SCORE : Saint-Vulbas – Filias en Dauphiné 7-3

DEUXIEME TOUR

Progressif : Lamolère (V) – Bonnet (F) 28/39-27/41 ; C.Maugiron (V) – A.Chenavier (F) 35/41-26/43.

SCORE : Saint-Vulbas – Filias en Dauphiné 11-3.

TROISIEME TOUR

Triple : Raynaud, Ladde, Turpin (V) – Ferrand, Borel, Debié (F) 5-8.

Double : Chaussat, Fieujean (V) –D.Chenavier, Chareyron (F) 5-4.

Simple : C.Maugiron (V) – Michaud (F) 11-2; Lienard (V) – Héraud (F) 11-0.

QUATRIEME TOUR

Relais : C.Maugiron, Chaussat (V) – A.Chenavier, Bonnet (F) 42/50-26/52.

Rapide : Lamolère (V) – Ferrand (F) 32/39-30/42.

« Il aurait fallu que l’on soit à 200% et Saint-Vulbas à 50 % pour pouvoir nous en sortir… » Charlène Bonnet, la benjamine des Filias en Dauphiné garde la tête sur les épaules. Le titre convoité durant toute une saison ne rejoindra pas l’armoire au trophée nord-iséroise. Sur leurs jeux et devant leur public, les Villibadoises étaient trop fortes hier après-midi. Les internationales Corine Maugiron et Marie Liénard arrivées dans la plaine de l’Ain en début de saison ont pesé de tout leur talent dans la note finale.

Mais bon, si la déception des filles du coach Patrick Bonnet était tout à fait légitime, elles n’avaient vraiment pas à rougir de leur prestation. «ça s’est joué à pas grand-chose finalement. On fait jeu égal dans le premier progressif avec Charlène et Delphine a largement de quoi gagner son précision, » explique Patrick Bonnet. Au bout du compte, ce sont les Villibadoises qui totalisaient et construisaient tranquillement leur victoire. D’ailleurs, comme pour La Rhodanienne, le matin, le quatrième et dernier tour n’était pas nécessaire. Le 15-3 affiché après la victoire de Corinne Maurigon en simple sur Delphine Michaud, suffisait au bonheur d’Alexis Amouriq et de ses filles.

Pas de titre, pas d’accession en division supérieure, les Filias peuvent néanmoins nourrir quelques regrets. Et pour cause, le championnat de National 1 dans lequel elles évoluent depuis deux saisons est le seul à octroyer la montée en élite à l’équipe championne de France…

 871 total views,  2 views today